h1

Le chat de Fernández Fierro

vendredi 17 août 2007

A tous ceux qui penseraient que le tango est une musique rétro, et qui sont dans les environs de Buenos Aires, je leur conseille d’aller faire un petit tour du côté du quartier de l’Abasto, au Club Átletico Fernández Fierro un mercredi soir dès 22h30 pour la milonga hebdomadaire. Avec concert de l’Orquesta Típica local. De plus, pour les couche-tôt, c’est tôt, au contraire des habituelles prestations musicales milonguesques qui commencent vers une heure du matin.

C’est un club social bien local, plein de touristes sûrement, mais très relax, un peu dans la même catégorie que La Catedral. Il n’y a pas beaucoup de place pour danser, d’ailleurs les gens ne viennent pas vraiment pour ça, ils viennent pour voir. Amis danseurs, meilleur donc de venir en groupe, même s’il reste possible d’avoir de la chance.

Mais voir quoi? Parce que des tables, il y en a, et du public aussi, pour 10 pesos l’entrée, et 8 le litre de bière Quilmes! J’avais déjà entendu l’orchestre enregistré, mais le voir, c’est quelque chose. Confirmé: certains ont davantage un air de rocker type Cobain ou Axl Rose, et le chanteur est bien déjanté par moments. A un certain moment, j’avais l’impression que le spectacle était autant visuel que musical, ce qui empêche bien sûr un peu les gens de danser. J’avais pris mon parti de me contenter de cela, un peu frustré, regrettant un petit peu le style « m’as-tu vu » des musiciens quand l’un des membres a rappelé au micro que l’on pouvait aussi danser.

Mais qu’on ne s’y trompe pas. La musique demeure celle que peut produire un orchestre typique traditionnel avec 4 violons, 4 bandonéons, une contrebasse, un violoncelle et un piano. Toutefois, ça déménage! On dira que le style est un peu plus dynamique que Los Reyes del Tango par exemple, qui reproduisent fidèlement le style de Juan D’Arienzo.

Ah, j’oubliais la star du groupe. Le chanteur? Non, je pense au maître des lieux. Peut-être est-ce lui, Fernández Fierro? Je parle du chat noir et blanc qui se promenait tranquillement entre les tables du public avant le concert, et qui s’est même permis une incursion entre les pieds des rockers, non que dis-je, des bandoneonistes pendant le concert, avant de tranquillement terminer sa vadrouille allongé aux pieds du pianiste…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :