h1

Regarder droit devant soi…

mercredi 14 mars 2007

Quand je danse le tango, je suis le premier à avoir la mauvaise habitude d’avoir les yeux rivés vers le bas, fasciné par ce que mes pieds et ceux de ma partenaire réussissent à faire. Mauvaise habitude.

En effet, l’une des premières choses qui me dérangent quand je regarde les autres danser (surtout les hommes), c’est bien cela. Et surtout en Europe, il arrive de voir des démonstrations oû le regard de l’homme est rivé dans les chaussures. Un nouveau style peut-être?

A Buenos Aires, je vois moins de ça. et pourtant des excuses existent. Me voici de retour au pays des trottoirs défoncés: ici un tas de branches, là un gros trou, là-bas une déjection canine, et j’en passe des meilleures. Regarder ses pieds pour rester debout, tel est le réflexe à avoir ici.

 J’ai cru comprendre que chaque propriétaire était responsable pour le morceau de trottoir devant chez lui. Je laisse imaginer le résultat. Le principe de balayer, je voulais dire paver devant sa porte.

Donc en Suisse, avec les trottoirs parfaits, ça fait un terrain d’entraînement idéal pour garder le regard droit, ajusté sur l’horizon (en plus à Lausanne, on est souvent gâté)…

Peut-être aussi que ce qui aide à ne pas baisser le regard ici, c’est d’aller à des milongas pleines à craquer, donc avec un abrazo des plus « cerrado » – fermé – et du coup, je n’ai plus aucun espoir ni tentation d’admirer les arabesques de mes pieds et de ceux de ma partenaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :